« Dire « jeux » dans un monde hostile. Les jeux et le jeu par le rôle : l’expérience en prison »

Nous vous informons de la publication de René BADACHE (2020), « Dire « jeux » dans un monde hostile. Les jeux et le jeu par le rôle : l’expérience en prison », revue L’ERRE, n° 35, FNAREN (Fédération nationale des associations des Rééducateurs de l’éducation nationale), Joué sur Erdre

 

Dire « jeux » dans un monde hostile. Les jeux et le jeu par le rôle : l’expérience en prison

S’il y a un endroit qui met l’individu hors-jeu c’est bien le monde carcéral.

Comment un acteur Sujet peut-il advenir dans cet univers ? Le Théâtre-forum a permis d’ouvrir dans les institutions carcérales, encore plus que dans d’autres, un espace où ça joue. « Espace de transition » qui favorise la réflexivité collective, la mise en jeu imaginaire et symbolique et la perlaboration psychique des affects, des émotions, des sentiments. Il s’agit d’un double sas transitionnel, d’abord celui des jeux, ensuite l’espace du jeu par le rôle qui permet que le témoignage puisse être illustré par une maquette théâtrale, histoire de vie relatant un conflit, jouée, représentée devant le groupe, suivi du forum.

Partant du cas clinique d’un mineur incarcéré, on prend conscience des intrications complexes et permanentes entre la société, la culture, l’histoire, la grande et la petite et l’individu avec ses fantasmes, ses sentiments, ses émotions, sa subjectivité, ses relations et ses représentations. Ils sont liés l’un à l’autre dans une interdépendance permanente. L’analyse du fatalisme en tant que complexe socio-psychique révèle des correspondances entre d’une part les processus psychiques et cognitifs et d’autre part les déterminations socio-culturelles. Le dispositif de Théâtre forum pose sans cesse cette question : de quoi suis-je sujet ? De quoi suis-je responsable ? De quelle espace de liberté je dispose dans une situation donnée ? Malgré les contraintes, résistances et même blocages institutionnels, il a permis aux mineurs, contre tout ce qui les rend prisonnier de la fatalité, de dire « Je » grâce aux jeux, c’est à dire d’advenir en tant que sujet dans l’univers carcéral et on peut dire, de trouver une voie d’émancipation en passant par le « nous » du forum.